menu

News

Une application pour sauver les langues autochtones menacées d’extinction

posted in Uncategorized by

Chaque jour, 2 680 langues autochtones sont menacées d’extinction : c’est pour cette raison que les Nations Unies ont déclaré l’année 2019 comme étant l’Année internationale des langues autochtones (#IYIL2019).

Il y a quelques mois, dans un article du blog de STUDIOTRE (http://bit.ly/lingue-indigene-IYIL2019), nous avions déjà abordé ce sujet qui nous tient particulièrement à cœur étant donné que chaque langue renferme l’identité, la culture, l’histoire, les traditions et la mémoire d’un peuple.

Quels sont les critères qui permettent de déterminer si une langue est menacée d’extinction ?

Selon les experts de l’UNESCO, les critères qui déterminent à quel moment une langue est en danger sont :

  • la transmission d’une langue d’une génération à une autre ;
  • le nombre absolu de locuteurs ;
  • le pourcentage de locuteurs par rapport à l’ensemble de la population ;
  • l’utilisation de la langue dans les lieux publics et privés ;
  • l’existence de matériel d’apprentissage et d’enseignement dans la langue ;
  • les politiques linguistiques du gouvernement et des institutions, y compris l’utilisation officielle de la langue ;
  • le type et la qualité des documents disponibles dans la langue.
La technologie au secours des langues autochtones

La bonne nouvelle, c’est que, grâce à l’idée de certains chercheurs de l’Université de Groningue (Pays-Bas), un projet destiné à protéger les langues locales a vu le jour.

Qu’est-ce que c’est ? Stimmen fan Fryslân (traduit : « Voix de la Frise ») est une application qui permet aux utilisateurs d’enregistrer des expressions de la langue frisonne (langue germanique parlée dans les régions côtières du sud de la mer du Nord aux Pays-Bas et en Allemagne) en créant une véritable base de données qui compte aujourd’hui plus de 46 000 phrases et mots.

Inspirés des Pays-Bas, les chercheurs australiens de l’Université Macquarie ont créé Coo-ee (qui signifie « Viens ici » en aborigène), une autre application dont l’objectif est de recueillir le plus d’informations possible sur la langue et la culture autochtone australienne.

Outre ces deux applications, d’autres initiatives ont vu le jour sur le web dans le but de protéger les langues locales :

  • le traducteur Michael Bauer a créé la version en gaélique des navigateurs Opera, Firefox et Chrome, du client de messagerie Thunderbird, d’OpenOffice, de LibreOffice et de VLC media player ;
  • Kevin Scannell a créé Indigenous Tweets et Indigenous Blogs, deux sites qui permettent aux personnes parlant une langue minoritaire de voir qui twitte ou écrit des articles dans leur langue afin de renforcer la présence de ces communautés linguistiques sur le web et au-delà.

Si vous connaissez d’autres projets destinés à sauver des langues et des dialectes menacés d’extinction, envoyez-nous un e-mail (marketing@traduzionistudiotre.it) ou écrivez-nous sur notre page Facebook (http://bit.ly/STUDIOTRE-Facebook).

30 Oct, 19

 

 

À lire aussi