menu

News

Plus personne ne dira awa’ahdah ?

posted in Uncategorized by

Marie Smith Jones, plus connue sous le nom de Udach’ Kuqax’a’a’ch’, qui signifie « un son qui rappelle les personnes éloignées », est décédée en janvier 2008. Aveugle, grande fumeuse et ancienne alcoolique, elle avait 89 ans.

Mais qui était réellement Marie et pourquoi le journaliste canadien Mark Abley a-t-il voulu raconter son histoire dans le journal The Guardian ? Pourquoi sa mort a-t-elle été qualifiée « non seulement de tragédie personnelle, mais également de désastre culturel » ? Marie était la dernière locutrice au monde de la langue autochtone des Eyaks, peuple d’Alaska du Sud, et sa mort a marqué la disparition d’une langue, mais aussi de l’identité et de la culture d’un peuple tout entier.

Les langues ne sont pas uniquement un outil de communication : ce sont les gardiennes de l’histoire et des traditions. Elles jouent un rôle fondamental dans l’éducation et dans l’intégration sociale. En dépit de leur valeur inestimable, de nombreuses langues à travers le monde disparaissent à une vitesse alarmante et la majorité de celles-ci sont des langues autochtones comme celle des Eyaks. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 370 millions de personnes qui vivent dans 90 pays, ce qui représente 5 000  cultures et 2 680 langues autochtones, sont en danger à travers le monde.

Voilà pourquoi les Nations Unies ont déclaré que 2019 serait l’Année internationale des langues autochtones (#IYIL2019), dans le but de sensibiliser les gens à l’importance des langues autochtones et à celle de préserver la diversité culturelle de notre planète.

Un parcours entamé en 2007, avec l’adoption de la Déclaration des droits des peuples autochtones qui aboutit, en 2019, à une série d’événements à l’échelle planétaire. Ces derniers ont pour but de provoquer un réel changement social sur la question des langues autochtones et des droits de ceux qui les parlent car, comme le disait Federico Fellini : « Une langue différente est une vision différente de la vie ».

Si vous souhaitez découvrir les initiatives du IYIL2019, rendez-vous sur : https://en.iyil2019.org/

*(ndr) awa’ahdah signifie « merci » en langue eyak.

05 Jun, 19

 

 

À lire aussi